Colère et craintes des temps modernes

Plus tard je veux des enfants. Mais comme toute mère hypothétique, je veux le meilleur pour eux. Vous me direz : il y a toujours un pas entre le rêve et la réalité.

Un pas d’accord, je suis prête à le franchir. Mais lorsqu’il s’agit d’un gouffre sans fond, je vous avoue que je fais plutôt deux pas de recul…

Vous devez vous demander pourquoi cet intitulé, pourquoi ce mécontentement sous-jacent dans un blog qui d’habitude se veut relativement enjoué. Je vous l’accorde c’est peu banal. Mais laisser moi vous expliquer…

Il faut d’abord que je vous re-situe, au cas où… Je suis en hypokhâgne, un cursus postbac littéraire où l’objectif est de passer de grands concours au bout de deux (trois) ans de préparation intensive. J’étudie la philo, la géo ,les langues, l’HISTOIRE, le FRANÇAIS et le LATIN.
Vous avez soudainement l’impression que je crie en m’adressant à vous ? Excusez moi, c’est que ces trois dernières matières sont très importantes.
Pourquoi ? Parce que la première me permet de comprendre le monde qui m’entoure et qui évolue autour de moi. La deuxième me permet de m’exprimer de façon correcte., de structurer l’intégralité de mes raisonnements et de me faire comprendre de façon extrêmement précise. La troisième vous interpelle n’est-ce pas ? Et pourtant. C’est la langue de nombreuses sources historiques et le latin est l’ancêtre de la langue française, comme d’autres langues en Europe telles que l’italien. Il me permet de comprendre les structures de ma langue natale, de relier les étymologies plus facilement et d’avoir un raisonnement correct, méthodique et réfléchis grâce aux exercices de version (traduction). Je peux ainsi réutiliser les capacités que je développe grâce à lui dans toutes les autres matières.

Pourquoi je vous parle de ces matières ainsi que de mes futurs enfants dans le même article ? Car j’ai peur pour eux, ces petites créatures à former, à informer, à éduquer.

Je ne veux pas que mes enfants soient incapables de comprendre les récits qui ont peuplés mon enfance à cause d’un manque de vocabulaire. Je ne veux pas que mes enfants soient incapables de s’exprimer et d’être compris. Vous avez compris où je veux en venir : je refuse qu’on détruise lentement le système éducatif qui leur permettrait de devenir des gens intelligents, réfléchissants et agissants.

C’est pourquoi je me positionne contre la suppression d’1h30 de français en classe de sixième, de la raréfaction des professeurs de latin et de cet option en général, et de la dégradation pure et simple des visions historiques (et géographiques) dans l’enseignement.

Cet article est bien entendu écrit sur un ton exagérément défaitiste, mais à mon sens, la prise de position est nécessaire. Vouez dans cet article la volonté d’exprimer une crainte humaine. Si vous vous reconnaissez dans mes craintes et peut être aussi dans ma position, partagez ce message, synonyme de volonté pacifique et de recherche de négociation intelligente.

Je vous souhaite à tous une excellente soirée et moins de craintes pour l’avenir.
Camille

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s