Bruxelles, mon album chouchou de cet été

Boulevard des Airs - Bruxelles

Le groupe Boulevard des Airs est de retour avec un nouvel album intitulé Bruxelles.
14 chansons, des mélodies qui vous prennent par la main pour vous emmener danser et des paroles qui résonnent.

Je vous emmène à leur découverte et je vous explique pourquoi pour moi, ils sont bien parti pour devenir mon album de l’été…

Boulevard des Airs & moi

Je ne suis pas une spécialiste de musique, loin de là, je n’y connais pas grand chose, pour ne pas dire rien, mais j’apprécie beaucoup les mélodies qui veulent exprimer quelque chose, les sons qui répondent à ce que toi tu ressens. C’est à cause de ce penchant que j’ai découvert BDA. Par hasard, bien sur, comme toutes le bonnes rencontres, avec leur titre Cielo Ciego. Les paroles m’interpellaient. Alors j’ai écouté un peu plus, et il m’est resté des titres indétrônables…

Album Bruxelles

& Bruxelles ?

J’ai attendu d’avoir l’album en vrai dans les mains à moi pour l’écouter pour de vrai. Ok, je l’avoue, j’ai écouté une fois sur Spotify l’album, mais d’une oreille, parce que je me sentais trop coupable de ne pas le découvrir en vrai. Pour l’avoir entre le mains, il m’a fallut un combat acharné, d’ailleurs, puisque je suis tombée malade juste avant sa sortie, donc impossible d’aller le chercher, et comme vous le savez, je suis restée faible très longtemps après. Lorsque la force m’est revenue, j’ai arpenté mon magasin bisontin survivant : Forum, mais introuvable… A mon plus grand regret, j’ai du me tourner vers une enseigne que je n’apprécie pas particulièrement, trop grosse et impersonnelle à mon goût : Cultura. Pour palier ma déception commerciale, l’album était là, et je n’avais plus qu’à l’écouter.
Ce que j’ai fait, en rentrant dans la voiture. Et depuis, je ne le quitte presque plus. Je dis « presque« , parce qu’en fait, il est toujours dans ma voiture, en ce moment, et cette petite demoiselle se trouve à plus de 400km de moi… Mais cette fois ci, j’ai Spotify en allié, et je ne me sens plus coupable du tout, puisque j’ai l’album en vrai.

Bruxelles - nouvel album de Boulevard des Airs

Mes sensations

Comme je l’ai dis, je n’ai aucune volonté de me faire critique musicale, je veux juste vous faire partager mes douces impressions, car à mon sens, il en manque beaucoup trop dans notre petit monde, en ce moment… 
Tout d’abord, je l’ai dis, il se dégage de l’album une énergie positive assez folle, je ne pensais pas qu’on pouvait avoir envie de danser pendant 14 chansons sans s’arrêter. Maintenant, je sais ! Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est qu’ils nous parlent de choses graves, et pourtant ça reste gaie. Si vous voulez, ce n’est pas un album qui se veut moralisateur et qui vous fait vous sentir coupable à chaque refrain/parole… Pour moi, c’était un mouvement vers l’avant, coûte que coûte, même si c’est une fuite, au moins, il y a une action. Et j’ai aimé, ne pas me sentir molestée, être portée, être entraînée et se sentir forte parce qu’il n’y a pas que moi à écouter la chanson : ils sont tous dedans et ils nous emmènent.
Ensuite, le thème du temps est très présent, et ça fait parti des raisons qui me font aimer l’album… Cette idée de se revoir enfant, de ne plus se reconnaître, retourner dans l’innocence de l’enfance, qui n’en a pas rêvé ?
Et puis, toute cette énergie, ça donne envie de partir, de voyager, seul, accompagné, sans contrainte, comme si on sautait à pied joint dans une ronde gigantesque et qu’on se laissait prendre à rêver d’ailleurs. Laisser tout tomber et se sauver à la plage, en montagne, ailleurs. Bruxelles m’a permit de ne pas me poser de question lors de mon départ de Besançon début juillet pour mes deux mois loin de chez moi, et c’est quand même pas rien…!
Enfin, avec Bruxelles, on est jamais tout seul. On a l’impression qu’on a cent mille potos, des grands frères en pagailles, des compagnons de route. Ça guide et ça fait moins peur…
Vous allez vous dire, elle est folle, on ressent pas tout ça en écoutant un CD, mais finalement, peu importe, ce n’est pas ça qui compte. C’est ce que vous vous allez y trouver. Parce que c’est sur, vous allez y trouver quelque chose/
Bon, ok. Il faut écouter. Et se concentrer un peu aussi!

Paysage Vallouise 2015
Vallouise, Hautes-Alpes. Avoir le courage de partir, ça vaut le coup.

Boulevard des Airs prend un sentier ≠

J’ai un peu vu évoquée sur les réseaux sociaux la ressemblance de certaines chansons avec le travail du groupe FAUV≠E.
(Je n’ai pas creusé, et à l’heure où j’écris cet article, je ne sais pas du tout si c’est l’intention de BDA, si non, si ça mécontente certains, etc, car franchement, je n’avais pas envie de mettre les pieds sur un terrain si houleux. Car bizarrement, tout ce qui entoure FAUVE est souvent tellement tranché et retranché sur différentes positions manichéennes que ça m’exaspère, alors que paradoxalement, j’adore l’intégralité de FAUVE, depuis le début.)
J’ai ressenti aussi un air de ressemblance, mais surtout en fait dans la diction et le rythme peu commun déployé par FAUVE. Pour tout vous dire, je n’ai pas été déçue, ni étonnée, ni quoi que ce soit. J’écoutais. Et j’ai aimé, comme le reste, en bloc. Vous allez me dire, « C’est exactement ce que tu critiques plus haut, tu as un jugement trop tranché, blablabla…« . Oui, bon… Chacun ses défauts, non…? Et puis j’ai quand même trouver des différences notables, à mon sens. Connaissant FAUVE album & FAUVE concert, j’ai remarqué une certaine dualité. Je vois toujours l’album comme un dialogue personnel très fort, où il n’y a pas de place pour les autres, juste nos sentiments qui explosent, tandis que les concerts témoignent de ces méditations personnelles mises ensembles, une force énorme qui lie des inconnus parce qu’on a tous ressenti des sentiments par rapports aux même mots, et que du coup, on se sent tous plus compris, plus fort, moins seul. Et là, il y a une véritable énergie, quelque chose qui enfle dans la salle de concert et qui crée une atmosphère très particulière, et jamais désagréable.
Pour BDA, comme je vous le disais, en écoutant l’album, on ne se place pas du tout dans la même perception de la musique. On est plusieurs tout de suite. Et l’énergie du groupe nous attrape de suite, à la différence de FAUVE, qui nécessite une introspection plus profonde.
Je ne saurais vous dire ce que je préfère, car franchement, c’est tellement différent, que ce ne serait pas productif ou positif. Et puis, vous me connaissez… Moi et les choix…!
Je profite de ce petit paragraphe pour quand même saluer les artistes de BDA d’avoir osé cette ressemblance, voulue ou non. Ça les rapproche encore de l’image que j’en ai : le voyage, le partage, la découverte des autres, de l’ailleurs, de tous les possibles, l’ouverture (d’esprit) et l’humilité.

Paroles qui font du bien :

Je porte toujours beaucoup d’attention aux mots, pour moi, ils sont très précieux. Ils ont besoin parfois d’un contexte et parfois non, car leur signification alors explose et peut permettre à n’importe qui de ressentir quelque chose de personnel et profond. En écoutant Bruxelles, j’ai saisit quelques paroles au vol, qui pour moi signifient beaucoup, qui résonnent dans ma tête. Elles sont sorties du contexte des chansons, mais je ne peux m’empêcher de les partager, pour vous donner un aperçu de leurs mots, quand même, et peut être pour vous donner envie d’écouter un petit peu l’album, et qui sait de réussir à les replacer dans le contexte !
(Les titres des chansons sont en italiques, et c’est dans l’ordre de l’album !)

Si je m’endors mon amour

Si me duermo despiertame / Si me duermo hazmelo saber / Si me duermo / Si me duermo mi amor / Vete lejos pa nunca volver.

Etre à la ville / Comme un vieux déjà sourd / A qui on parle d’amour

Emmène moi

Emmène moi voir la mer / Fais moi boire l’océan / Emmène moi dans les airs / Aime moi dans le vent

Demain de bon matin

J’irai sur les chemins / Retrouver mes amours mortes

C’est lorsque plus rien ne vous choque / Qu’on accepte de baisser son froc

Tu danses et puis tout va

Tu me demandes si ça va / Qu’est ce que tu veux que / Je te réponde / Comment tu veux que je sache / Ca dépend des secondes

J’nous imagine

Je ne vois vraiment plus / Rien qui me retienne

Ce gamin-là

Et je voudrais le mettre en garde, / Lui dire mes doutes et mes peurs / Mes peurs des grands, mes peurs / D’adulte, lui dire fais gaffe car / Finalement ta tête et ton coeur et tout / Petit feront de moi ce que je suis.

On se regarde

On se regarde comme des chiens / On se regarde, on dit plus rien / On se regarde, on voit plus rien

Et si chaque année se persuade / D’avoir eu raison de passer / La fleur de l’âge devient fade

Bruxelles

Si j’te connaissais pas encore, / Notre aventure vaudrait de l’or

Si j’étais celui / Toi tu es la seule

Il y a ceux qui rêvent au port / Il y a ceux qui rient encore / Il y a ceux et il y a celles / Qui restent plantées à Bruxelles

Mentira

Yadé, y’a des qui s’perdent, / Des mandales

Est ce que c’est toujours / Eux contre nous

Je resterai

J’ai plus une putain d’conviction / Mais ça va bien

Et peu importe si je fonce / A fond la caisse droit dans le mur

Laisser faire

J’adore, j’adore quand / On nous prend comme à Sodome

Quiero soñar

Il faudrait dire dans une chanson / Que c’est du grand n’importe quoi / qu’on nous prend vraiment pour des cons

Quiero soñar / Con tu gente / Con mi gente / la esperanza / de un mundo diferente

Lo vamos a intentar

Y lo que es peor, si nos rompemos, / Quién nos repara ?

Yo ya estoy roto, / Yo ya no siente nada / Y antes de que nos demos cuenta / esta partida se acaba

Et si vous en voulez encore un petit peu, je vous livre ma playlist fétiche, quelques uns des « titres indétrônables » :
Cielo Ciego
San Clemente
Je cours
Y Siguen Pasando
Hermanos de la calle
Mundo Loco

Je m’excuse d’avance pour la longueur de cet article, j’espère qu’il vous a plu, et peut être même donné envie de les découvrir ou de les ré-écouter…! J’en profite aussi pour dire encore « Bravo & Merci » à BDA, au cas où leur cheminement aérien les mènerait sur ce coin d’internet…
Je vous embrasse
Camille ♡

Publicités

7 réflexions sur “Bruxelles, mon album chouchou de cet été

      1. Haha oui j’ai été en contacte avec eux il n’y a pas longtemps. Cela m’a valu quelques retweet 🙂 Bon courage pour la suite de ton blog!

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s