Nos six heures adorées

thème prépa

Je me souviendrai toujours de ce qui m’a le plus paniqué, les premiers temps où il a été question de classe prépa littéraire :
des dissertations sur table pendant 6h00.

A cette période, j’imaginais une immense traversée du désert, parsemée d’embûches, de rêveries et de paniques. J’étais en première L. Je savais que j’aimais les lettres, mais il y a avait cette immense part d’ombre sur mon idée d’avenir… Impossible de savoir qu’en faire.

Aujourd’hui, la prépa est mon quotidien depuis plus d’un an, et mercredi dernier, alors que nous renouions avec nos très chères six heures, j’ai eu envie de vous en parler. Pour dédramatiser un peu.

Nos très chères six heures, qu’il y a deux ans nous redoutions tous, ont aujourd’hui bien évolué…

On ne se les ferrait amputer pour rien au monde : ça peut paraitre complètement fou, mais je vous assure que entre 5h00 et 6h00, il y a un monde…

Elles nous poursuivent de plus en plus : avant, c’était à peu près une fois toutes les deux semaines. Là, nous entrons dans une période de une dose par semaine…

Elles ne nous effraient plus : à raison de 30 heures de devoir par semaine dans les périodes de rush ou concours blanc, on en a largement vu d’autres…

Elles structurent notre temporalité : tout tourne autour d’elles avant, le temps se suspend pendant et lorsqu’elles sont passées, c’est comme si elles n’avaient jamais eu lieu.

On y passe des moments hors du temps, où les idées affluent ou s’assèchent, dans une solitude de papier un silence religieux

On a fini par intégrer qu’on était les seuls à les vivre : lorsqu’on nous enferme dans le lycée à 19h, ou que le laborantin de l’étage de la salle de DS ferme à clef les toilettes le mercredi après midi… (Sérieux, il pense qu’ils vont se sauver les chiottes, qu’il les enferme ?)

Elles hantent toujours nos nuits : je vous assure qu’il m’est arrivé de rêver des prémices de l’Islam… 

On y a fait notre nid : places plébiscitées, rituel du passage aux toilettes un par un, éternuement ettouffés,… On a nos habitudes.

On se frotte les yeux de surprise lorsqu’on découvre que nous n’avons que 3h00 de devoir, et on se demande comment on va faire pour finir…

Quand on en fini une dose, on se sent le roi du monde.


Pour ma part, je pense que la dernière remarque est la plus flagrante et la plus agréable… Alors courage, et n’oubliez pas, quoi que vous fassiez dans votre vie, amusez vous, et soyez heureux, c’est le plus important !

Que vous soyez préparationnaires, anciens, nouveaux, hésitant, ou simplement lecteur curieux, j’espère que cet article vous a fait sourire et vous a plu, je vous embrasse et vous dis à bientôt !
Des bisous !
Camille ♡

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s